Devenir Webmaster Freelance : Comment être webmaster et développer des sites Internet

Je reçois régulièrement des emails me posant des questions sur “Comment devenir webmaster freelance”. Plus précisément, on me demande comment fixer ses tarifs, y a-t-il un “service après vente”, ou encore “comment trouver ses premiers clients”. Je vais essayer d’y répondre dans cet article en me fondant sur l’expérience que j’ai acquises ces dernières années.

Entendons-nous bien : le terme de “webmaster freelance” est aujourd’hui un peu fourre-tout : on y met la création de site Internet, le graphisme, la rédaction, le référencement, parfois même la gestion des réseaux sociaux et les campagnes de publicité. En réalité, le vrai terme pour un webmaster freelance serait plutôt un développeur web freelance, ou un développeur de site Internet. Mais on verra que le terme de développeur induit de maîtriser des langages de programmation, ce qui n’est pas forcément obligatoire dans un premier temps.

L’aspect freelance du métier implique enfin d’être autonome, et de travailler pour des clients en tant qu’indépendant. Vous aurez donc à vous créer une clientèle, que vous soyez intermédiaire entre une agence et le client final, ou en première ligne avec le client.

Je n’explorerai pas ici la possibilité de devenir développeur backend freelance, ou développeur full stack freelance, pour deux raisons :

  • pour moi, commencer le métier de webmaster freelance par la maîtrise du PHP est beaucoup plus complexe que de la création de site Internet “classique” et demande beaucoup plus de travail et d’expérience en amont
  • la demande en freelance de ce type de missions est beaucoup moins importante sur le marché. Les développeurs web backend ou full stack sont souvent embauchés par les agences web, et les clients qui ont besoin de ce type de compétence vont rarement voir les freelance mais s’adressent plutôt aux agences… c’est un peu le serpent qui se mord la queue.

Mais bref, commençons à entrer dans le vif du sujet.

Liste des questions auxquelles je réponds dans cet article :

  1. Que doit savoir faire un Webmaster freelance
  2. Si je crée un site vitrine, dois-je savoir faire du graphisme
  3. Comment devenir webmaster freelance
  4. Comment fixer mes tarifs
  5. Comment fixer mes tarifs, exactement ? Quelle somme ? Au jour ? À l’heure ?
  6. Comment trouver mes premiers clients ? D’où viennent vos clients actuels ?
  7. Comment gérer sa comptabilité au quotidien ? Quel logiciel / service choisir ?

N’hésitez pas à poster en commentaire des questions auxquelles j’aurais oublié de répondre dans cet article ! Je le complèterai en fonction.

Que doit savoir faire un Webmaster freelance ?

Un webmaster freelance est sélectionné par un client pour créer un site Internet. Bornons-nous à ne parler que de site Internet vitrine, appelés aussi corporate, c’est-à-dire des sites Internet qui présentent une entreprise, un produit et/ou un service sans qu’il n’y ait d’acte d’achat. C’est donc l’opposé du site e-commerce.

Ce qui peut rendre la recherche confuse chez quelqu’un qui souhaite travailler dans cette branche, c’est qu’il y a mille façons de créer un site web corporate :

  • Tout coder soi-même en PHP, HTML, CSS et potentiellement Javascript, ce qu’on appelle aussi la méthode “from scratch“. Autant dire que passer par cette méthode revient à ré-inventer la roue et n’a plus de sens. Si vous avez rencontré une personne qui travaille from scratch pour des clients, fuyez-la.
  • Utiliser des frameworks, c’est-à-dire un ensemble de fichiers déjà conçus permettant d’aller plus loin dans la programmation. Il faut donc maîtriser des langages de programmation + le framework choisi (car il n’y en a pas qu’un, loin de là). Personnellement, je trouve qu’utiliser un framework pour un site vitrine, cela peut flatter l’ego mais ce n’est pas la méthode la plus simple, et donc la plus pertinente.
  • Utiliser des CMS, c’est-à-dire des systèmes de gestion de contenus, comme WordPress, Joomla ou Drupal, permettant de créer un site Internet sans toucher une ligne de code… si tant est qu’on ne soit pas très exigeant sur le design du site…

Oui car utiliser un CMS pour créer un site corporate est à mon sens la solution la plus simple et la plus pertinente qui soit, loin devant toutes les autres solutions. Et le roi des CMS de site vitrine, c’est bien sûr WordPress. Pourquoi ? Taille de la communauté, nombre d’extensions apportant des fonctionnalités, thèmes de plus en plus sophistiqués, et mises à jour régulières. On n’a pas fait mieux depuis Joomla qui a disparu des radars depuis des années – si vous connaissez quelqu’un qui développe encore sous Joomla, fuyez-le deux fois.

Mais créer un site WordPress sans toucher au code impliquera certains compromis, car certains endroits du site auront un aspect prédéfini. Si un client veut une apparence différente, vous devrez répondre un “Ben… non… c’est pas possible en fait…”.

Pour résumer…

Si vous voulez devenir webmaster freelance parce que vous vous imaginez coder du PHP à la Matrix, cela va être très difficile. Car aujourd’hui, l’essentiel du métier de webmaster est de créer du WordPress.
Si c’est le fait d’apprendre un métier lié à l’informatique qui vous séduit, je vous conseille de vous orienter sur du WordPress + Thème premium (Avada, Divi, …) + HTML + CSS. Je ne peux pas détailler cette dernière phrase ici, mais vous trouverez facilement des informations sur le sujet sur Google qui sera votre meilleur ami tout au long de votre formation et du développement de vos sites web.

Sachez que si c’est la création de site e-commerce qui vous intéresse, WordPress propose une extension Woocommerce qui fera le travail dans 90% des cas. Vous avez aussi le CMS Prestashop, mais est beaucoup plus complexe à mettre en place. Enfin, des plateformes comme Shopify ou Wizishop vous simplifieront le travail, mais les limites seront bien plus importantes.

Si je crée un site vitrine, dois-je savoir faire du graphisme ?

Là aussi, plusieurs choix s’offrent à vous :

  • Si vous maîtrisez déjà le graphisme, alors devenir webmaster est très pertinent : vous pourrez ainsi directement intégrer vos maquettes graphiques sur un WordPress, c’est-à-dire passer de l’image d’un design à un site visible sur un navigateur.
  • Si vous n’avez pas de skill particulier en graphisme, vos clients peuvent se satisfaire d’un thème WordPress – si vous ne savez pas de quoi je parle, un petit tour sur ThemeForest vous fera découvrir un univers merveilleux… Gardez à l’esprit qu’un site à base de thème reste assez basique. Sans modifier le thème par du CSS, les choix de design resteront limités. Mais si le thème d’origine plaît au client, c’est l’essentiel.
  • Si vous n’avez pas de compétence graphique et que vos clients sont un peu exigeants, vous devrez travailler avec une graphiste / webdesigner, et vous aurez la charge d’intégrer sa maquette graphique avec ou sans thème WordPress. Ici, des compétences en HTML / CSS seront indispensables. Je me situe dans cette solution, car j’attache une grande importance au webdesign, et j’estime que le graphisme est un métier à part entière. Mais cette solution n’est pas obligatoire, surtout quand on début le métier.

Pour résumer…

Pour le graphisme, utilisez un thème WordPress et apprenez quelques notions de CSS afin de la personnaliser un peu plus.

Comment devenir Webmaster freelance ?

Il existe de très nombreuses possibilités :

  • Les études, si vous êtes encore en âge d’être pris dans un BAC+2 ou un BAC+3. Personnellement, c’est une licence professionnelle Multimédia Internet Webmaster qui m’a permis d’acquérir les connaissances de base du métier de développeur et de concepteur de site Internet.
  • Les formations en présentiel de quelques mois : formations en général en groupe assez intenses et dont les prix varient, mais peuvent être assez efficaces si l’on s’accroche, car ces formations vont très vite dans le vif du sujet
  • Les formations longues en ligne : à l’époque de l’e-learning, vous pouvez trouver des formations diplômantes en ligne de plusieurs mois avec coaching de groupe
  • Les formations courtes en ligne : vous pouvez acheter sur des sites de formation comme Udemy des vidéos de cours vous expliquant par exemple comment créer un site sous WordPress. Le visionnage de l’ensemble des vidéos d’un cours, s’il est sérieux, dépasse souvent les 10h.
  • Et bien sûr, vous pouvez découvrir le métier par vous-même en créant de premiers sites

Vous avez remarqué précédemment que le métier de webmaster implique de travailler sous WordPress, avec si possible, du CSS et du HTML. Veillez à choisir la bonne formation. Une fois les bases acquises, pratiquez ! C’est un métier qui ne s’apprend qu’en faisant des erreurs, en passant des heures à chercher d’où vient un bug pour découvrir que vous avez oublié de cocher une case dans les réglages de WordPress, ou que vous avez oublié de fermer une balise HTML. Aussi, n’hésitez pas à monter vos propres projets pour vous entraîner. Le métier de concepteur de site vitrine, c’est avant tout de l’expérience. Soyez patient, le métier s’apprend avec le temps.

Comment fixer mes tarifs ?

Ah… Grande question. Fixer ses tarifs qu’on n’a peu d’expérience en la matière, et surtout, les assumer par la suite, qu’ils soient hauts ou bas, est un grand challenge pour énormément de freelances dans tous les domaines.

Les freelances sont souvent déstabilisés par les commentaires de prospects – c’est-à-dire des personnes susceptibles de devenir des clients – qui, lorsqu’ils découvrent vos tarifs, déclarent solennellement “Ah bon ? Si cher que ça ?”. Que ce soit clair une bonne fois pour toutes : les clients n’ont aucune idée de la complexité de la création d’un site Internet, et ne seront jamais les mieux placés pour juger un tarif.

Un tarif se fixe en fonction de plusieurs critères :

  • votre expérience
  • vos références, sachant qu’elle sont parfois liées à votre expérience
  • au nombre de demandes que vous recevez
  • au nombre de concurrents directs sur le marché
  • et surtout, à de nombreuses qualités humaines : votre esprit d’analyse, votre patience, votre capacité à surmonter des charges de travail momentanées, votre assiduité au travail, votre écoute, votre sérieux, vos valeurs, votre présence, votre capacité à tenir votre client informé, …

En d’autres termes, comme partout, c’est une histoire d’offre et demande. Et vos tarifs s’adapteront à votre carrière. Vous débutez à peine ? Vous avez besoin de trouver vos premiers clients pour vous faire la main. Choisissez des prix attractifs. Vous êtes surchargés de travail ? Montez immédiatement vos prix. C’est aussi simple que ça.

Il n’est jamais de tarif trop élevé si les clients sont prêts à le débourser. C’est la rareté de vos qualités qui leur permettent d’évaluer le fait qu’ils ont envie de vous payer ce prix, quoiqu’en disent les autres qui trouveront faciles de vous trouver trop cher… pour eux.

Alors tout ça, c’est bien, mais comment fixer mes tarifs, exactement ? Quelle somme ? Au jour ? À l’heure ?

Avant de savoir fixer un tarif sur une prestation – ça devient par la suite similaire à de l’intuition – c’est en premier lieu calculé selon le temps qui sera passé pour réaliser cette prestation. Autrement dit, la difficulté va être de pouvoir calculer combien de temps vous allez passer sur la création d’un site, et le rapporter à votre coût horaire, ou à votre coût par jour. Le coût journalier est bien sûr fixé par rapport à votre coût horaire, et vice versa, selon le nombre d’heures que vous comptez dans une journée (en général, 7h ou 8h).

Pour trouver la somme exacte de votre tarif, je vous conseille d’aller visiter des sites qui regroupent des professionnels de la création de site Internet et des webmasters freelance, comme Malt.fr, qui affichent les tarifs journaliers de chacun d’entre eux. Et en fonction de tout ce que nous avons vu précédemment, partez sur un tarif, et commencez à estimer votre première demande de création de site Internet.

Attention : votre prestation ne contient pas uniquement la création d’un site, mais aussi toute la communication avec le client, qui elle aussi prend du temps. Vous allez devoir vous adapter aux volontés de votre clients en lui proposant des solutions adaptées, et vous recevrez des coups de téléphone et de nombreux emails auxquels vous devrez répondre. Ça aussi, cela fait partie de votre métier. N’oubliez donc pas de le prendre en compte dans votre estimation.

Je terminerai par une remarque sur l’impact de vos tarifs sur votre clientèle : plus vos tarifs seront bas, plus vous attirerez des clients qui vous demanderont la lune avec peu de moyens. Autrement dit, si vous ne vous imposez pas face à ce profil de clients, il est facile de se laisser “bouffer“ par gentillesse ou par peur de mécontenter. Je pense que tout freelance a au moins eu une expérience de ce type. Alors dès que vous le pouvez, augmentez vos prix. Plus vos prix seront élevés, plus vous et votre travail seront respectés.

Comment trouver mes premiers clients ? D’où viennent vos clients actuels ?

Vous vous en doutez, ce n’est pas une question facile. Le début de toute entreprise doit répondre à cette question fatidique, car c’est bien de faire le métier qui nous plaît, mais c’est aussi important qu’il vous rapporte de quoi vivre. Là-dessus, je ne suis pas le mieux placé pour vous renseigner, car j’ai débuté ma carrière en tant que référenceur web. J’ai donc commencé par créer un site Internet que j’ai référencé sur Google sur les mots clés comme “référenceur web” ou “créateur de site web”. Les clients sont rapidement venus à moi, si bien que je n’ai jamais démarché.

Aujourd’hui mes clients viennent de plusieurs sources :

  • mon site Internet (référencement naturel)
  • le bouche à oreille : les clients qui ont travaillé avec moi me recommandent
  • les clients qui ont déjà travaillé avec moi et qui ont un nouveau projet, ou qui veulent améliorer leur site
  • les professionnels avec lesquels j’ai déjà travaillé : agences, chefs de projet, et freelances dont le métier est complémentaire au mien

Je pense donc que le réseau est important. Plus vous serez en contact avec des personnes du milieu informatique, plus le travail sera facile à trouver.

Vous pouvez commencer par vous créer un profil sur LinkedIn, sur le français Viadeo, et/ou sur les annuaires de professionnels tels quel Malt.fr ou Freelance.com. Vous pouvez vous en servir aussi bien pour trouver des clients que pour discuter avec des professionnels du même secteur.

Il y a beaucoup de réseaux de développeurs, tels que Digital Village ou Happy Dev. Vous pouvez aussi vous présenter à des agences digitales, des agences de communication et agences web en leur précisant vos compétences.

Vous pouvez également vous adresser à des freelance dont le métier est complémentaire au vôtre : graphistes, community managers, directeurs.trices artistiques, gestionnaires de campagnes Adwords, …

Vous avez aussi des sites qui mettent en relation les clients avec les professionnels, mais je ne cite pas de nom car je désapprouve ces plates-formes : la concurrence y est rude, surtout quand elle attire des développeurs de pays francophones dont le coût de la vie est beaucoup moins important qu’en Europe, comme Madagascar ou les pays du Maghreb.

Enfin, le démarchage pertinent peut être envisagé. Il est facile de trouver des métiers où la création de site Internet n’est pas une réussite. Vous pouvez ainsi trouver des entreprises qui n’ont pas de site Internet, ou qui en ont un qui aurait besoin d’être refondu, et les contacter en leur proposant une solution avec un tarif précis.

D’autres pistes existent : campagnes de publicité Adwords mais cela implique un gros budget de départ, prospection avancée sur LinkedIn, marketing de réseau avec blog mais cela reste chronophage avec une efficacité seulement sur le long terme, … Internet est vaste.

Comment gérer sa comptabilité au quotidien ? Quel logiciel / service choisir ?

Le statut d’un webmaster freelance est dans la grande majorité des cas un auto-entrepreneur. C’est également mon cas. Je trouve ce statut particulièrement intéressant depuis l’augmentation du plafond de chiffre d’affaires qui est aujourd’hui à 70 000€ (avec passage en TVA à partir de 33 200€).

Être autoentrepreneur implique premièrement d’avoir un compte bancaire spécifique à vos rentrées d’argent mais pas forcément avec un statut “Pro”, attention aux abus des banques là-dessus. Deuxièmement, il faut tenir un livre de recettes qui doit indiquer, pour chaque rentrée d’argent, le client, le numéro de facture, l’objet de la prestation, et le mode de paiement. Au-delà de ce livre de recettes, un prestataire doit souvent faire des devis et des factures.

J’ai longtemps rédigé mes devis et factures manuellement, sur Pages (Mac), mais je suis passé à une solution bien plus pratique, que je ne peux que vous recommander très chaudement : Freebe. Je préfère souvent vous proposer plusieurs choix, mais là, je trouve ce service tout simplement imbattable. Je crois n’avoir jamais utilisé une solution de comptabilité aussi impressionnante de praticité et de fonctionnalités pour un prix si abordable. De nouvelles fonctionnalités sont d’ailleurs régulièrement développées sans que le prix du service ne change ni que la plateforme en devienne plus compliquée. Et bien sûr, le support est très réactif. Je ne peux même pas lister la totalité des fonctionnalités de ce service, mais vous trouverez, entre autres : création de devis, création de facture, création automatique de facture d’acompte, génération et envoi automatiques de factures récurrentes par email, génération du livre de recettes, connexion au compte bancaire pour pointer les rentrées d’argent et les lier aux factures, déclaration du chiffre d’affaires d’auto-entrepreneur directement depuis la plateforme, acceptation des devis directement en ligne, paiement des factures directement en ligne, … Et tout cela pour… 11€ TTC par mois, 27€ TTC par trimestre, ou 84€ TTC par an. Je mets ici un lien de parrainage vers Freebe, je crois qu’il vous permet d’avoir un mois gratuit sur le service. N’hésitez pas à me dire en commentaire si c’est le cas : Lien d’inscription vers Freebe.

Le reste vous appartient

Il ne vous reste qu’à expérimenter ! Pour moi, c’est un métier très riche et aussi très humain. On apprend beaucoup de soi et des autres en étant freelance. C’est une sacrée aventure.

N’hésitez pas à me poser vos questions en commentaire ! Je vous répondrai avec plaisir, et cela me permettra de compléter cet article avec le temps.

Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs marqués d'une * sont obligatoires.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.